Arbres centenaires – J 121 / 365 j. de photographie zen

Jeune femme embrassant un arbre centenaire
Arbres centenaires

Quand je vois ces grands arbres centenaires une flamme d’amour et de vénération jaillit spontanément de mon cœur. Ils ont traversé tellement d’époques, vu tant de choses, endurés tant d’hivers… Immobiles et silencieux, ils nous apportent beaucoup par leur présence. 

J’ai souvent envie de les embrasser et de les remercier de tout cœur, corps à corps avec leur tronc puissant et plein de vie.

Aujourd’hui, choisissons un arbre et entourons-le de nos bras, avec tout l’amour que nous pouvons ressentir pour ce grand être. Sentons l’énergie puissante et ascendante qui circule en lui. N’hésitons pas à lui parler.

Jeune femme embrassant le tronc d’un arbre centenaire

Si vous aimez ces photos, votez pour elles en cliquant sur le bouton «J’aime». Votre avis compte pour faire entrer la nature dans certains établissements de soin et espaces sociaux, et leur apporter une touche plus zen.

N’hésitez pas à partager ce court article avec quelqu’un qui s’en réjouira.

Bien à vous

Stella

Flammes de joie – J 111 – 365 jours de photographie zen

Fleurs jaunes et feuilles d’automne
Fleurs jaunes en automne

Petites fleurs jaunes, vos têtes lumineuses réjouissent les journées monotones du train-train de l’automne. Vous êtes comme des petits bisous pour nos cœurs languissants des beaux jours de l’été.

Aujourd’hui, soyons comme ces petites fleurs, des flammes de joie. Réchauffons le cœur de quelqu’un avec un geste simple, un mot bienveillant, un sourire, un compliment, un encouragement…

Fleurs jaunes

Si vous aimez cette photo, votez pour elle en cliquant sur le bouton «J’aime». Votre avis compte pour faire entrer la nature dans certains établissements de soin et espaces sociaux, et leur apporter une touche plus zen.

N’hésitez pas à partager ce court article avec quelqu’un qui s’en réjouira.

Bien à vous

Stella

Les effets bénéfiques de l’art

Jeune femme contemplant une peinture

Aujourd’hui, on peut voir l’art comme un objet de consommation (concerts, albums, musées, spectacles, cinéma…) et l’être humain réduit à un simple consommateur, manipulé par la publicité et par les tendances de mode, par les avis “d’experts” ou “de vendeurs”…

Si telle est votre approche de l’art, vous en tirerez peu de bénéfices, sinon, au mieux, quelques reconnaissances sociales futiles, superficielles et éphémères. Rien de plus!

Si, au contraire, vous entrez en contact avec une œuvre d’art, en tant qu’Être à part entière, avec tout votre vécu, vos expériences, vos besoins actuels, votre façon propre de considérer et d’aimer la vie…, alors, dans ce cas, vous créez un lien d’âme à âme avec l’œuvre en question. Ces liens vivants engagent un véritable dialogue avec votre Être Intérieur et ouvrent des portes vers des compréhensions nouvelles, vers des idées remplies de sens pour vous-mêmes et pour les autres. J’appelle cette approche de l’art “une contemplation active”, car elle sollicite notre perception consciente et exige une certaine activité de réflexion ou une activité spirituelle.

Les bienfaits d’une pratique contemplative de l’art

Jeune femme devant une peinture
1. Procurer un sentiment de détente, d’apaisement de nos pensées et de nos émotions.

L’art nous ramène dans le moment présent avant de nous faire voyager dans le temps ou de nous faire rêver à sa façon. Il sollicite notre disponibilité pour nous offrir en retour un sentiment de bien-être.

Concentrez-vous pendant 5 à 10 minutes sur une photographie ou une peinture qui vous touchent. Observez tous les détails, imaginez que vous êtes à l’intérieur de cette image qui vous interpelle. Oubliez pour un moment toutes vos préoccupations et tâches quotidiennes. Dédiez ce temps entièrement à votre lien avec l’œuvre d’art et à vos perceptions spontanées, émergeantes de l’intérieur. Si vous le souhaitez, mettez en mots votre expérience, en la verbalisant spontanément et en enregistrant votre voix, ou en écrivant quelques phrases dans votre journal créatif.

2. Consoler les peines, calmer la nervosité, éveiller la joie, nous remplir d’enthousiasme.

L’art favorise l’expression des émotions. Il est capable de nous toucher, car l’artiste nourrit son œuvre de ce qu’il ressent et de ce qu’il souhaite communiquer. L’art peut nous émouvoir profondément, car il atteint nos émotions avant même de parler à notre mental. Qui n’a pas été ému par une chanson dont le texte et la musique résonnent en son for intérieur ? Qui n’a pas ri aux éclats en regardant les sketches d’un humoriste ou une une scène de comédie ? Qui ne connaît les bienfaits apaisants des berceuses et des musiques douces ?

Passez quelques minutes chaque jour à écouter de la musique. Expérimentez un état de relaxation avec des musiques douces et caressantes, ou l’effet vivifiant de musiques plus dynamiques, ensoleillantes et rythmées.

3. Aider à se recentrer et à accéder à un niveau supérieur de sensibilité et de perception.

De nos jours l’attention de l’être humain est souvent prise en otage par les problèmes du quotidien, les actualités souvent négatives diffusées par les médias, le tourbillon d’événements extérieurs. Dans cet état de dispersion, l’art vient comme un pont tendu vers notre monde intérieur, vers notre sensibilité profonde.

Voici un exercice facile pour expérimenter ce bienfait de l’art. Contemplez une œuvre d’art floral (un bouquet magnifiquement composé, ou les parterres fleuris d’un jardin). Ramenez votre conscience à l’intérieur de votre être, dans votre cœur, et contemplez l’œuvre depuis ce centre. Soyez attentifs à vos perceptions subtiles sans rien forcer, sans tension. Et même si aucune perception consciente ne remonte à votre esprit, profitez de ce moment simple de communication silencieuse avec les fleurs.

4. Favoriser la concentration et le travail de la mémoire

L’art permet de développer nos capacités intellectuelles et cognitives. Grâce à l’IRM, des chercheurs ont pu constaté les bienfaits de l’art sur le développement cérébral de l’enfant, autant que sur l’épanouissement et la préservation des fonctions cognitives des adultes.

Contemplez pendant 5 minutes une œuvre visuelle (dessin, peinture, sculpture, photographie). Puis, fermez les yeux et essayez de vous rappeler spontanément chaque détails de l’œuvre. Ouvrez les yeux et comparez les éventuels écarts. Vous pouvez faire le même exercice en écoutant une musique de votre choix et en essayant de se rappeler spontanément son air, sa mélodie.

5. Contribuer à l’équilibre personnel

La pratique contemplative d’une œuvre d’art nous oblige à prendre du temps pour nous, à nous assoir et à être à l’écoute de nos ressentis, à observer attentivement en toutes circonstances, à tout moment, même quand on n’est pas devant une œuvre d’art.

Choisissons un objet banal de notre quotidien (ou la vue à travers une fenêtre, un coin de notre chambre…) et considérons l’objet de notre choix comme une œuvre d’art, apportons-lui la même attention contemplative qu’à une création d’un grand maître. Ne soyez pas pressés, prenez votre temps et observez avec attention. Quels bienfaits avez vous tiré de cette expérience?

6. S’ouvrir à d’autres cultures, élargir nos horizons et notre compréhension du monde

Au moins une fois par semaine, osez rechercher et contempler des œuvres d’arts de différents peuples, de différentes cultures et de différentes époques. Quelles sont les questions ou les réflexions que l’œuvre génère en vous? Notez quelque part vos impressions.

Au bout d’un mois (puis, après 3 mois, 6 mois ou 1 an) faites le bilan de votre enrichissement personnel, de votre perception du monde. Qu’avez-vous appris sur vous-mêmes, sur les autres, sur la vie…?

N’oublions pas que notre capacité de percevoir et de recevoir va nourrir notre capacité de produire et de créer.

Les bienfaits d’une pratique artistique créative

Les mains d’un enfant en train de créer

J’appelle pratique créative toute pratique artistique à travers laquelle nous produisons quelque chose. Même en reproduisant une œuvre d’art déjà existante, ou en jouant des musiques écrites par d’autres, en réalité, nous re-créons ces œuvres, nous en faisons notre propre interprétation (plus ou moins fidèle à l’original), nous y mettons notre énergie.

1. Tous les bienfaits de la pratique contemplative sont valables pour la pratique créative.

Le dessin, la peinture, le coloriage thérapeutique, le collage, le modelage font partie des activités créatives les plus relaxantes. La musique et les arts de la scènes (théâtre, danse, chant…), autant que les arts visuels, développent particulièrement le travail de la concentration et de la mémoire. Absolument toutes les pratiques créatives contribuent à l’équilibre personnel, aident à se recentrer, à vivre le moment présent, à accéder à un niveau supérieur de conscience et à élargir son regard et sa compréhension sur le monde.

Une formidable nouvelle! Ce panel de bienfaits va encore s’enrichir car il s’agit cette fois de mettre la main à la pâte.

2. Stimuler et développer nos différents sens

Consultez cet article si vous souhaitez découvrir plus à ce sujet et expérimentez les exercices artistiques qui s’y rapportent .

3. Apprendre à nous dépasser

L’art nous demande parfois à sortir de notre zone de confort pour puiser dans les ressources cachées de notre conscient, autant que de notre inconscient. Ce moteur de dépassement est un moteur de connaissance de soi et de découvertes. Nous connaissons si peu notre véritable potentiel, nos véritables “pouvoirs”. L’être humain, « victime » de son destin, peut se transformer, grâce à une pratique artistique régulière, en un véritable « héros », acteur et créateur de sa vie.

Pour faire l’expérience de ce bienfait de l’art, lancez-vous un défi artistique. Ecoutez votre cœur pour choisir un défi artistique que vous adorerez réaliser. Les possibilités sont innombrables et très personnelles.

Voici seulement quelques suggestions:

  • Écrire une poésie par jour pendant 1 mois pour constituer un recueil de poèmes,
  • Faire un dessin ou une peinture rapide par jour,
  • Photographier un sujet qui vous intéresse (les portraits, les arbres, les portes de maisons…) pendant un mois, trois mois ou un an, pour constituer une collection photographiques,
  • Apprendre un chant ou un morceau au piano par semaine
  • Composer une musique par jour (ou par semaine)

4. Améliorer la confiance et l’affirmation de soi

Ressentir la satisfaction de son travail créatif, aboutir un projet ou réussir un défi artistique qu’on s’est lancé, apporter sa touche personnelle au résultat final… autant d’éléments qui permettent de pendre conscience de notre potentiel et de notre valeur en tant qu’êtres créatifs. L’estime de soi est si importante pour oser aller de l’avant, croire en ses capacités et oser expérimenter sans peur de l’échec.

Osez partager les créations de vos défis artistiques avec les autres: votre famille, vos amis, et pourquoi pas avec le monde entier (via Internet). Signez vos œuvres. Célébrez vos réussites et osez planifier de nouvelles expériences artistiques. Chaque être humain est une étoile dans l’Univers! Chaque être humain a le droit de briller pour éclairer!

5. Favoriser les interactions sociales

Les pratiques artistiques offrent l’occasion de partager des moments précieux autour d’une activité que l’on aime. Ces échanges autour de l’expression et de la créativité sont pleins d’énergie positive et contribuent à la qualité des relations entre les personnes de toute génération, de tout milieu social, de toute culture. Elles créent des liens entre les individus.

Avez-vous déjà fait l’expérience de chanter en chœur?

Si ce n’est pas le cas, osez une expérience de découverte dans ce sens, même si vous n’avez pas l’intention de devenir choriste. Mise à part tous les stages de courte durée (1 à 2 semaines) de chant choral, la plupart des chœurs offrent la possibilité de participer à une ou deux répétitions sans obligation d’engagement, uniquement pour découvrir l’expérience du chant au sein de leur groupe.

Si vous n’avez pas envie de toquer à la porte de votre chœur de quartier (ou tout autre chœur de votre choix), organisez une soirée karaoké entre amis. Sentez l’énergie et le bonheur que cela apporte de chanter ensemble.

Que disent les scientifiques ?

Des recherches universitaires de plus en plus nombreuses, menées par des équipes de chercheurs dans le monde entier, montrent les divers bienfaits de l’art sur la santé de l’être humain.

Toutes ces études convergent vers une découverte commune: l’impact possible de l’art sur le taux de cortisol (hormone inflammatoire) dans le sang et donc, sur le niveau de stress et d’anxiété.

Qu’il s’agisse d’une pratique contemplative de l’art (l’écoute d’une musique enregistrée, ou encore mieux, l’écoute d’une musique vivante lors d’un concert, la contemplation d’une œuvre d’art picturale…) ou bien, d’une pratique artistique active (création visuelle, plastique, jeu instrumental, chant, danse…), le niveau de cortisol dans le sang diminue considérablement.

Voici seulement quelques exemples d’études, pour ceux qui souhaitent avoir des références précises  (de nos jours la liste serait longue, car les bienfaits de l’art ne sont plus un mystère occulte):

Des chercheurs britanniques prouvent que l’écoute d’une musique non-enregistrée, dans le cadre d’un concert, réduit considérablement les hormones du stress.

https://www.researchgate.net/publication/290394614_Attending_a_concert_reduces_glucocorticoids_progesterone_and_the_cortisolDHEA_ratio

D’après l’étude menée par le Professeur Enzo Grossi de l’Université de Bologne: la simple contemplation d’une œuvre d’art peut diminuer significativement le stress et l’anxiété.

Voici le lien vers l’article original en italien: https://torino.repubblica.it/cronaca/2016/04/22/news/_l_arte_riduce_lo_stress_ora_lo_dice_anche_la_scienza-138198056/?refresh_ce

Des chercheurs de l’Université de Drexel, Philadelphie, découvrent qu’une expérience de création artistique, quelle qu’elle soit (d’environ 45 minutes)  entraîne une réduction significative des taux de cortisol (hormone inflammatoire et hormone du stress) dans le sang.


Les résultats de cette études ont été publiées dans le journal Art Therapy  (Journal of the American Art Therapy Association), Volume 33, 2016 – Issue 2.
L’article complet est consultable sur le lien ci-dessous: https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/07421656.2016.1166832#.V2emVzWLSM8

Pourquoi serait-il si important de réduire le niveau de stress?

“Le stress est le cancer de l’esprit” (Frederic Carol)

Le stress déclenche une cascade de réactions dans différents systèmes de notre corps (des réactions hormonales, métaboliques, immunitaires, nerveuses…) et il est en lien direct ou indirect avec de nombreuses maladies. Le stress et l’anxiété accélèrent le vieillissement et agressent les cellules jusque dans les gènes.

“L’art lave notre âme de la poussière du quotidien” (Pablo Picasso)

Si l’art est capable de nous libérer du stress et des tensions, si l’art est capable de nous élever en conscience, si l’art est capable de nous faire vivre la vie de nos rêves ou de cheminer vers cette vie, alors, qu’attendons-nous?
Soyons artistes au quotidien!

6 Exercices artistiques pour développer nos sens

Bouquet de fleurs avec des roses

Un art à pratiquer – des sens à développer

Notre expérience du monde est une expérience multi sensorielle: nous regardons, nous écoutons, nous sentons par la peau ou l’odorat, nous goûtons différentes saveurs …Néanmoins, la plupart de nos expériences sensorielles conscientes sont tournées vers l’extérieur. L’éducation scolaire et le mode de vie occidental stimulent et développent essentiellement les sens externes, négligeant ou ignorant, parfois, l’existence de nos sens internes.

A chacun de nos sens externes correspond un sens interne.

Une main sous l’eau

La vue est en lien avec la vision intérieure, ainsi que la capacité de visualisation et d’imagination.

L’ouïe est en lien avec l’écoute intérieure et la capacité d’entendre intérieurement des sons, des mélodies.

Le goût qui nous aide à distinguer les saveurs se prolonge intérieurement par notre faculté de discernement, par notre capacité de repérer ou d’élaborer des associations harmonieuses et esthétiques, selon des critères qui nous sont intimes.

L’odorat correspond intérieurement à notre sens de l’intuition, notre capacité à pressentir, à deviner, à percevoir spontanément des informations subtiles sans passer par les étapes de l’analyse et du raisonnement.

Le toucher extérieur fait écho au toucher intérieur. C’est le toucher du cœur, le toucher de notre Être, de notre Présence Intérieure. C’est une des expériences les plus puissantes, car elle nous permet de nous sentir extrêmement vivants, habités par une force plus grande que nous-mêmes. C’est l’expérience de “grâce” que tant d’artistes ou de mystiques décrivent…

Le sens kinesthésique, celui de la conscience de notre corps dans l’espace physique (grâce à de multiples récepteurs au niveau des tendons et des muscles), se prolonge intérieurement avec le sens de notre conscience en tant qu’Âme dans l’Univers. A quel point sommes-nous conscients en tant qu’Êtres ayant un pouvoir sur leurs propres pensées et émotions, un véritable pouvoir créatif ? Les pensées et les émotions sont à l’âme ce que les os et les muscles sont au corps – la charpente et le moteur qui permettent à nos idées de se manifester, de prendre corps.

Les sens externes nous permettent de communiquer avec l’extérieur. Les  sens internes sont au service de la communication avec notre Être profond, avec nos mondes intérieurs, notre inconscient.


La pratique d’un art est un des meilleurs moyens pour établir des ponts entre nos sens externes et nos sens internes.

Quelles pratiques artistiques pour développer nos sens ? – Exercices créatifs

Le sens visuel

Le dessin, la peinture, le collage, la photographie, développent en priorité le sens visuel dans toute sa complexité (perceptions subtiles des couleurs et des nuances, des formes et des proportions, la représentation dans l’espace…).

dessin de montagnes violettes au pastel gras

Exercice 1: Pour tester votre imagination visuelle, essayez de dessiner de mémoire un objet, un endroit ou un personnage qui vous est très familier et que vous voyez très souvent, mais qui ne se trouve pas devant vos yeux au moment où vous le dessinez (votre parapluie, vos chaussures, un coin de votre chambre, votre maman ou votre meilleur(e) ami(e). Apportez au dessin tous les détails dont vous vous rappelez, puis comparez avec l’original. Avez-vous apporté quelques modifications ou inventions créatives sans vous en rendre compte ou intentionnellement ?

Le sens auditif

Le sens auditif sera particulièrement aiguisé par la pratique de la musique (que ce soit le chant ou le jeu d’un instrument musical), mais aussi par la pratique de la danse (ressentir les rythmes, les phrases musicales…) et la pratique du théâtre (percevoir les intonations de la voie, le débit d’élocution, la claire articulation d’un texte…).

mains d'une harpiste

Voici l’exercice n°2 pour expérimenter avec ce sens: Enregistrez-vous avec des moyens simples: votre téléphone portable, votre ordinateur, votre tablette, ou un enregistreur si vous en avez un. Enregistrez-vous en train de chanter une chanson qui vous est familière, ou tout simplement en train de réciter un poème ou lire un texte de votre choix. Ecoutez le résultat de votre enregistrement.


Trouvez-vous que l’appareil déforme votre voix?


En réalité, non! Pas vraiment, ou du moins pas au point où vous le croyez! Ce que vous entendez est très proche de ce que les autres entendent de votre voix.


En temps normal, nous n’entendons pas réellement notre voix telle que les autres l’entendent de l’extérieur, car nous l’entendons avec notre écoute intérieure et avec nos représentations de celle-ci . Quand nous parlons ou quand nous chantons, nous entendons notre propre voix non seulement avec nos oreilles, mais aussi grâce à la transmission et la résonnance du son à travers nos os et dans les cavités de notre corps. Ce qui n’est pas le cas pour celui qui écoute de l’extérieur et qui va avoir une perception différente du son, uniquement auditive. Alors, si vous voulez entendre votre voix au plus proche de ce que les autres entendent, enregistrez-vous!

Le sens du toucher

Le modelage, ainsi que le travail plastique de certaines matières très tactiles (la laine cardée, l’argile…)  vont stimuler particulièrement le sens du toucher. Ce type de pratiques  artistiques libèrent nos tensions, nos émotions et comblent nos sens au fur et à mesure que l’œuvre se construit dans nos mains.

Des mains qui étalent une pâte à tarte

Exercice 3: Pour en faire l’expérience, prenez un morceau de pâte à modeler suffisamment grand, malaxez-le dans vos mains, ayant pleine conscience de vos gestes et de vos ressentis. Donnez-lui une forme. Affinez cette forme avec vos doigts et laissez-vous surprendre par votre création de sculpteur en herbe.

Le sens kinesthésique

Le sens kinesthésique sera très sollicité et développé dans la pratique de la danse, des arts du cirque, mais aussi dans la pratique d’un instrument de musique et du théâtre.

Jeune adulte saute face au soleil

Exercice 4: Pour expérimenter avec ce sens, recherchez un tutoriel sur YouTube qui vous apprendra une séquence de percussions corporelles, ou quelques pas de danse. En partant de cette base, apportez quelques variations aux séquences apprises et créez vos propres enchaînements de percussions corporelles ou de pas. Vous êtes vous senti confortable ou, au contraire, déstabilisé par les enchainements de mouvements, leur vitesse…?

Le sens du goût

Pour développer le sens gustatif, on pense spontanément à l’art culinaire.

Présentation de plat végétarien avec des champignons

En effet, c’est un véritable art, car il s’agit de créer des plats appétissants, à la fois savoureux et beaux. Mais le sens du goût n’est-il pas encore plus subtil? On peut parler de bon ou de mauvais goût dans plusieurs domaines de la vie et surtout dans tout ce qui concerne le design et la mode. En réalité, les designers, les stylistes, les couturiers travaillent énormément un aspect assez subtil, parfois inconscient du sens du goût. Ressentir les associations harmonieuses de couleurs, de formes, de textures revient au même que créer un plat savoureux et d’apparence appétissante. Dans les deux cas on parle de “bon goût”

Exercice 5: Pour votre prochain repas, préparez une grande assiette de légumes pour chaque personne de la famille. Prenez soin du choix des ingrédients et de la disposition de chaque aliment dans l’assiette. En plaçant judicieusement les légumes “dessinez” des formes géométriques ou des visages, des fleurs, des paysages… ce que vous voulez, mais Soyez créatif et laissez-vous guider par votre “gout” des saveurs et de l’esthétique. N’est-ce pas plus appétissant?

Le sens olfactif

Le sens olfactif, est celui qui reste le plus mystérieux.

Sentir le parfum d’une petite rose

Bien sûr, la création de parfums et d’ambiances olfactives, l’aromathérapie, l’usage fin des huiles essentiels éveillent et aiguisent ce sens. Mais l’odorat est aussi un sens lié à l’intuition. Vous connaissez les expressions “avoir du flair”, “avoir du nez”, on “sent” quelque chose ou on “ne le sent pas”. De plus, ce sens est en relation étroite avec nos mémoires. En le développant, nous développons notre instinct, notre sensibilité profonde, notre intuition.

Pour moi ce sens est en lien avec l’art de l’écriture, avec la capacité d’exprimer ce que nous “sentons” profondément. L’écriture est une portes vers notre intuition, vers le développement de notre “flair”. Combien de fois, en écrivant spontanément dans mon journal créatif, je découvre des solutions intuitives inattendues à certains problèmes, des réponses à mes questions.

Exercice 6: Pour faire une expérience créative avec ce sens, je vous propose de choisir trois types d’arômes différents et de les sentir consciemment (cela peut être des arômes de votre quotidien: le café, un croissant chaud, votre parfum, des fleurs ou l’herbe fraîchement coupée, un fruit ou un plat cuisiné…). Sentez consciemment les trois arômes de votre choix, puis écrivez spontanément ce que chaque arôme évoque pour vous, vos ressentis, les mémoires qui remontent à la surface de votre conscience, des associations… Mettre des mots sur nos ressentis subtils c’est communiquer avec l’invisible, donner une première expression à notre intuition.

Nos sens sont tous liés et les pratiques artistiques aussi

Les branches d’un arbre

Les sens de l’homme sont intimement liés les uns aux autres et peuvent s’influencer mutuellement. L’aspect visuel d’un plat, et ses arômes peuvent influencer la perception de son goût. Une musique ou un fond sonore peuvent influencer la perception d’une peinture, etc.

Le cinéma et les arts de la scène (opéra, comédie musicale, théâtre…) sont un bel exemple de “collaboration” et de liens entre les arts (écriture littéraire, arts visuels, musique, danse…).

Pour aller plus loin, essayons de voir notre vie entière comme une Œuvre d’Art unique et sublime, née de l’alliance de tous les Arts.

Si cet article engendre en vous des questions ou des réflexions, n’hésitez pas à les partager dans les commentaires.

Arc-en-ciel – J 97 du défi 365 jours de photographie zen

Arc-en-ciel

Au cours d’une journée grise, maussade et pluvieuse quel meilleur cadeau pour notre humeur que les couleurs d’un arc-en-ciel. 

Pour moi l’arc-en-ciel est une main tendue du ciel pour essuyer les larmes terrestres en les remplaçant de quelques rayons de joie, un pont pour passer de l’autre côté de nos peines et de nos grisailles.

Quand je vois quelqu’un dans le besoin, j’aime lui envoyer des ponts d’espoir à travers le ciel, des ponts d’amour, des ponts de joie, des ponts de toutes les qualités dont la personne pourrait avoir besoin, comme des arcs-en-ciel voyageant dans l’invisible.

Aujourd’hui, envoyons, par la force de notre pensée, plusieurs de ces ponts « arcs-en-ciel » partout dans le monde.

Si vous aimez cette photo, votez pour elle en cliquant sur le bouton «J’aime». Votre avis compte pour faire entrer la nature dans certains établissements de soin et espaces sociaux, et leur apporter une touche plus zen.

N’hésitez pas à partager ce court article avec quelqu’un qui s’en réjouira.

Bien à vous

Stella

Promenade – J 95 du défi 365 jours de photographie zen

Paysage de campagne en Normandie
Paysage de campagne en Normandie

Il fait tellement bon de se promener à la campagne après une semaine chargée de travail et de préoccupations. Le vent frais de l’automne soufflant dans mes cheveux, emporte mes pensées soucieuses comme il emporte les feuilles mortes des arbres.

Promenons-nous, la tête vide de pensées, dans un endroit loin de l’agitation citadine: à la campagne, en forêt, au bord d’une rivière ou d’un lac. Libérons nos têtes de toute les pensées qui nous assaillent sans arrêt et vivons pleinement l’instant présent.

Si vous aimez cette photo, votez pour elle en cliquant sur le bouton «J’aime». Votre avis compte pour faire entrer la nature dans certains établissements de soin et espaces sociaux, et leur apporter une touche plus zen.

N’hésitez pas à partager ce court article avec quelqu’un qui s’en réjouira.

Bien à vous

Stella

À hauteur des nuages – J 92 / 365 j de photographie zen

Petit nuage blanc dans le ciel
À hauteur des nuages

Pendant mes voyages en avion, je me réjouis de l’opportunité de photographier les nuages de près, en étant à leur hauteur. Leurs formes et leur tissu toujours changeants sont l’expression même de l’éphémère, de l’impalpable, de l’insaisissable.

Prenons quelques minutes, deux ou trois fois dans la journée, à observer le ciel: son humeur, ses couleurs, ses nuances, les formes de ses nuages. Soyons des témoins silencieux et bienveillants de ce perpétuel changement, et prenons juste conscience qu’il en est de même pour notre ciel intérieur, nos pensées, nos sentiments, nos émotions. Adoptons la même attitude observatrice et bienveillante par rapport à nous mêmes et à nos proches, nous rappelant que le ciel d’aujourd’hui ne sera plus le même demain.

Si vous aimez cette photo, votez pour elle en cliquant sur le bouton «J’aime». Votre avis compte pour faire entrer la nature dans certains établissements de soin et espaces sociaux, et leur apporter une touche plus zen.

N’hésitez pas à partager ce court article avec quelqu’un qui s’en réjouira.

Bien à vous

Stella

Connaissez-vous le premier instrument artistique de tout être humain?

Citation d’Alphonse de Lamartine: Ce monde est une énigme: Heureux qui la devine.

Que nous soyons musiciens-instrumentistes, chefs d’orchestres, dessinateurs, peintres, architectes, sculpteurs, écrivains, couturiers, cuisiniers ou jardiniers…, nous avons tous un instrument artistique en commun. C’est le premier, le plus important et le plus fidèle instrument, qui nous accompagnera tout au long de notre vie créative.

Avez-vous deviné son nom?

Citation d’Alphonse de Lamartine: Ce monde est une énigme: Heureux qui la devine.

Il s’agit d’une partie du corps humain que nous utilisons tous les jours sans exception. Une partie qui prend constamment soin de nous… Un de nos biens si précieux, si sollicité, si serviable et si obéissant qu’il a le pouvoir de faire des merveilles pour nous et pour nos semblables.

Oui, il s’agit bel et bien du premier instrument artistique de tout être humain:

LES MAINS

Croquis de mains

En tant qu’artistes, nous avons besoin de prendre soin de nos mains, nous avons besoin de les éduquer, de  les entraîner à des gestes de plus en plus précis, de plus en plus fidèles à notre œil, à notre oreille, à notre pensée. Selon le travail effectué, la main humaine est capable de changer chaque jour, voire chaque minute. Cela signifie mettre en action tout son potentiel, toutes ses forces apparentes ou cachées, en variant les tâches exécutées, pour lui permettre de se développer de manière harmonieuse.

D’après le philosophe Peter Deunov “La main humaine doit supporter au moins quatre transformations, passer par tous les domaines de travail: physique, émotionnel, mental et entrer enfin dans le domaine du monde spirituel (Divin). Après avoir terminé son travail dans les quatre domaines, la main de l’homme doit prendre sa forme naturelle.”

Que voulait-il dire Deunov par cette affirmation? Que connaissait-il sur le développement de la main et de l’être humain?

Comment le développement de notre main reflète-t-il l’évolution de notre âme?

Comment influence-t-il la profondeur, la subtilité et le rayonnement de notre travail d’artistes?

Quand je parle “d’artistes”, je ne m’adresse pas qu’à une classe limitée, une classe élue de la société, mais au genre humain, car tout être humain, sans aucune exception, est un artiste qui se sait ou qui s’ignore. Nous sommes tous des êtres créateurs, conscients ou inconscients.

De mon point de vue, l’art me paraît comme la voie royale pour réaliser ces quatre grandes transformations de nos mains et de notre être tout entier.

Cinq exercices pour prendre soin de nos mains en conscience et avec amour

Main qui tient une fraise

1.Observons en détails nos propres mains pour mieux les connaître. Essayons de repérer les différences subtiles dans la morphologie (lignes, plis, formes…) de notre main droite et de notre main gauche.

2. Prenons le temps de masser nos mains jusqu’au bout de nos doigts. Cela permet de dissiper le stress et les tensions,  et de retrouver l’énergie non seulement aux extrémités, mais dans tout le corps. N’oublions pas que tout est dans tout et que chaque point de la main est en connexion avec une partie de notre corps.

3. Chaque fois que nous lavons nos mains, faisons ce geste simple en conscience, avec soin et attention. Ressentons pleinement le contact de l’eau avec la peau.

4. Soyons à l’écoute des sensations de nos mains au contact avec les différents produits cosmétiques (savons, crèmes, lotions…). Choisissons ceux qui leur apportent le plus de confort et de bien-être au naturel.

5. Avant tout travail artistique prenons le temps d’échauffer nos mains avec quelques exercices simples en portant notre attention essentiellement sur les sensations de notre toucher et de nos gestes.

Voici quelques exemples:

Main au piano

Si vous êtes musicien-instrumentiste, commencez par quelques exercices de “réveil des doigts”, ou d’agilité en étant concentrés non pas sur le son, mais sur l’exécution des mouvements, sur la qualité de vos gestes, sur leur liberté.

Si vous êtes dessinateur ou peintre, munissez-vous de quelques feuilles de brouillon et commencez par tracer des arabesques à l’infini tout en gardant un contact ininterrompu entre votre crayon et le papier. Ressentez ce contact, ressentez la texture du papier au bout du crayon, ou la fluidité de la peinture au bout du pinceau. Concentrez-vous sur la grande liberté de vos gestes. N’oubliez pas de respirer.

Si vous êtes jardinier, commencez par toucher la terre en conscience, entrez en contact avec elle par la sensation de vos mains. Envoyez-lui votre amour et ressentez son contact avec votre peau: aurait-elle des informations à vous communiquer?

Si vous êtes cuisinier, avant de vous lancer dans toute préparation culinaire, prenez chaque type d’ingrédients dans vos mains et ressentez ses qualités spécifiques (sa texture, sa température, ses formes, son poids, son énergie…). Avant de pétrir une pâte, ressentez tout l’amour de votre cœur dans les paumes de vos mains et au bout de vos doigts.

Mains à la pâte

Quelque soit votre activité soyez créatifs et inventez vos exercices de pleine conscience pour habiter vos mains avant de leur demander d’être productives. L’énergie de vos mains  et de votre être tout entier, sera l’énergie que vous allez mettre dans votre création.

Les mains: c’est fascinant!

En effet, je vois dans la main une entité vivante, une synthèse de l’homme, de sa richesse intérieure et de sa vie. C’est probablement cette fascination qui me guide dans mon projet actuel de recherches et de travaux photographiques et artistiques sur les mains, dont je vous parlerais volontiers dans un de mes prochains articles. En attendant, je partage avec vous ces croquis de mains que j’ai réalisé récemment.

Croquis de mains

Alors, prenez soin de vos mains, choyez-les, remerciez-les, et à l’occasion photographiez-les ou dessinez-les pour admirer leur beauté et suivre leur transformation, leur évolution.

N’hésitez pas à partager vos commentaires, dessins ou photographies à ce sujet.

Bien à vous

Stella

Curiosité – J 88 du défi 365 jours de photographie zen

Arbuste fleuri sur le fond d’un ciel avec quelques nuages
Fleurs roses sur le fond du ciel bleu

En marchant sur le trottoir d’une rue étroite et terne, je lève ma tête et je perçois cet arbuste fleuri, pointant « son nez plein de curiosité » vers les profondeurs bleues du ciel. Un rayon de joie traverse mon âme. J’ai l’impression de voir un enfant curieux qui cherche à comprendre le firmament, à jouer avec les nuages, à tendre sa main pour atteindre une autre, venant de là-haut.

Cela me ramène à mon propre rapport à la curiosité. Une curiosité saine pour les mystères de la vie, et si importante pour notre épanouissement. Se poser des questions, chercher à comprendre, découvrir de nouveaux horizons.

Aujourd’hui je vais accueillir avec bienveillance toutes mes questions (qui, quoi, où, quand, comment, pourquoi…). Puis, je vais faire quelques recherches pour tenter de comprendre et essayer d’apporter des réponses ne serait-ce qu’à une ou deux de ces questions.

Si vous aimez cette photo, votez pour elle en cliquant sur le bouton «J’aime». Votre avis compte pour faire entrer la nature dans certains établissements de soin et espaces sociaux, et leur apporter une touche plus zen.

N’hésitez pas à partager ce court article avec quelqu’un qui s’en réjouira.

Bien à vous

Stella

Bain de verdure – J 87 – défi 365 j. de photographie zen

Sous la couronne d’un grand arbre
Sous la couronne d’un grand marronnier

Quelques semaines en arrière, alors que j’affrontais un mal de tête pénible, j’ai eu l’idée de m’allonger sous ce marronnier imposant.

Quelle ne fut pas ma découverte lorsque je me suis sentie prise dans les bras de cet arbre puissant et bienveillant. Comme si mon être tout entier était plongé dans un bain de verdure et de lumière, un bain qui régénérait mon énergie et calmait mes tensions.

Profitons de l’été indien et des beaux jours ensoleillés en ce début d’automne. Il est encore temps de prendre un bain de verdure juste avant que les arbres ne se couvrent d’habits multicolores. Prenons des forces, «  chargeons nos batteries » avant d’entrer dans la saison des froids et des pluies.

Si vous aimez cette photo, votez pour elle en cliquant sur le bouton «J’aime». Votre avis compte pour faire entrer la nature dans certains établissements de soin et espaces sociaux, et leur apporter une touche plus zen.

N’hésitez pas à partager ce court article avec quelqu’un qui s’en réjouira !

Bien à vous

Stella