L’apprentissage artistique – un levier de développement personnel

Ma grande question

Stella avec sa harpe celtique - Silhouette

Voici une question qui trotte dans ma tête depuis un bon moment : comment devenir un professionnel dans un domaine artistique tout en utilisant le processus d’apprentissage artistique comme un levier de développement personnel, voire spirituel ?

Le développement personnel est une démarche que nous entreprenons afin de nous améliorer ou d’améliorer un ou plusieurs aspects de notre vie : santé, finances, relations, famille, accomplissement professionnel…

En même temps, toute démarche authentique de développement personnel sous-entend aussi une démarche de développement spirituel, car nous sommes bien plus qu’un corps matériel. L’esprit possède des puissances et des capacités énormes qui sont à notre disposition, si nous apprenons à les reconnaître et à nous en servir.

Ma grande nouvelle

Aujourd’hui, j’ai une grande nouvelle à vous annoncer.

J’ai décidé de me lancer dans un nouvel apprentissage artistique stimulant et exigent tout en ayant comme fil conducteur de mon parcours l’intention d’en faire une aventure de développement personnel et spirituel conscient. J’ai choisi pour cela un domaine dans lequel je suis néophyte, mais qui me passionne tout autant que la musique, la photographie et le dessin. Il s’agit du design graphique

Quelques précautions à prendre

Tabouret renversé sur un fond d'un tas de bois

Combien de gens se sont sentis renversés dans leurs idéaux et intentions de départ? Combien de fois on a l’impression que le monde tourne à l’envers et cherche à nous entraîner dans cette course à contre-sens?

Il arrive si souvent que nous nous engagions dans un apprentissage avec beaucoup de passion et des idéaux, mais progressivement nous sentons que la vie nous détourne de ces idéaux pour nous conduire vers une existence et un exercice professionnel très prosaïques, et un cercle vicieux de « metro – boulot – dodo ». À la fin, nous avons, certes, une qualification, un diplôme, des compétences, un métier, parfois même un salaire tout à fait satisfaisant, mais nous avons l’impression d’avoir perdu l’alignement profond avec nous-mêmes, avec notre flamme ou avec ce qui est réellement essentiel pour nous. Et voilà que le métier que nous exerçons ne nous satisfait plus, il nous entraîne dans une direction qui n’est pas celle que nous avions souhaitée, un style de vie qui ne correspond pas à nos rêves.

Les statistiques

Des statistiques montrent que plus de la moitié des gens ayant obtenus un diplôme ou une qualification professionnelle changent de métier dans les 5 années ayant suivies l’obtention de leur titre diplômant et cherchent à se réorienter. Et plus de 80 % de ceux qui persévèrent dans leur voie de départ (celle pour laquelle ils ont obtenus toutes les qualifications nécessaires, ou ont grimpé des échelons) ne s’y sentent pas heureux, et encore moins accomplis.

Question fondamentale

Alors, comment éviter ce gouffre qui enterre tant d’existences humaines ?

Comment bâtir un exercice professionnel dans lequel je me sens parfaitement en alignement avec mes ressentis profonds, mes idéaux, mes valeurs, mon besoin d’accomplissement ? Comment construire brique par brique une activité professionnelle à mon image et au service des autres?

Nous nous posons tous ces questions. Elles ne sont de loin pas personnelles. Même si notre cheminement et notre quête peuvent être personnelles et uniques, je crois qu’il y a des clés que nous pouvons partager pour s’entraider et faciliter le chemin d’autres personnes qui ont la même soif, les mêmes aspirations.

Mes clés de départ

Clé N°1: Prendre entièrement en main la responsabilité de ma vie

Ne pas attendre à nos parents, à nos enseignants, au système éducatif, au gouvernement, aux réformes…, de satisfaire à notre besoin d’accomplissement. C’est à nous de tailler notre vie sur mesure pour nous-mêmes. On retrousse les manches et on y va.

J’expérimente, je fais et je refais, je pose un pied devant l’autre, et je deviens pleinement acteur de ma vie.

Clé N°2: Joindre le travail spirituel au travail matériel et intellectuel

La deuxième clé serait de joindre un travail spirituel conscient à tout travail matériel ou intellectuel, à toute démarche d’apprentissage. Je crois que c’est le seul moyen de garder une connexion profonde avec ce qui est réellement important pour nous et d’avoir toujours une claire vision sur les objectifs de notre vie. C’est aussi le seul moyen d’apprendre à écouter et à suivre notre voix intérieure même si elle nous mène en dehors des sentiers battus pour tracer de nouveaux chemin, et qui sais, parfois même des autoroutes. 

La soif d’accomplissement, de sens et de plénitude dans notre vie professionnelle est, en réalité, une soif spirituelle. Elle ne peut pas être assouvie par les acquisitions matérielles et intellectuelles, ni par les expériences émotionnelles. La soif spirituelle peut être étanchée seulement dans la connaissance de soi et la connexion avec notre réalité profonde, dépassant notre existence humaine, cette Réalité c’est notre Moi-Supérieur, notre Présence. Elle seule a les clés de notre total accomplissement.

Mon hypothèse et mes engagements – un plan de route

Animée par tout ce questionnement à la fois philosophique et pratique, je me sens habitée par la motivation d’expérimenter ma propre hypothèse

Mon hypothèse

Le travail de développement personnel et spirituel me permettra de devenir une virtuose dans mon domaine, de façon saine, et respectueuse de mes valeurs profondes.

Ce travail sera un véritable engrais pour ma formation et mon évolution artistique. Il stimulera l’expression de mon plein potentiel artistique jusqu’à un point dont je ne connais pas, actuellement, les limites. Ma formation en design graphique et mes recherches artistiques seront, à leur tour, un de mes supports de développement personnel et spirituel, à travers les questions qu’elles soulèveront en moi, et les défis qu’elles me proposeront à relever.

Mon engagement

Pour cela, je reste ouverte à l’introspection, à l’apprentissage tant de l’extérieur que de l’intérieur et au travail assidu.

Je m’engage à poser des questions et à faire des recherches tant à l’extérieur que de l’intérieur. J’ose expérimenter et être créative.

Je m’engage à agir en conscience : poser non seulement des questions, mais aussi des actions dans le sens de mes objectifs.

Mes outils

crayons et stylos sur le plancher

Mes outils matériels et intellectuels

Les outils d’apprentissage du métier de designer graphique sont déjà élaborés par une multitude de formateurs, dans une multitude d’écoles ou de formations en ligne. Pour ma part, j’ai fait le choix de me former avec plusieurs plateformes d’enseignement à distance : Tuto.com ( en suivant la formation complète de Designer graphiste), Udemy, EDAA ( pour le parcours illustration). En parallèle, je poursuis ma formation en Arts Plastiques à l’École des Arts de La Sorbonne. Cette dernière contribue surtout à ma culture générale approfondie dans le domaine des arts, mais son apport en connaissances techniques reste relativement faible, car non focalisé sur cet objectif et peu structuré dans la transmission de ce type de compétences.

Alors, de point de vue formation, je dois simplement suivre un chemin qu’une multitude d’autres personnes ont suivi avant moi pour acquérir la maîtrise technique fondamentale à tout designer graphiste. Les logiciels de la suite Adobe (Photoshop, Illustrator, InDesign…) feront partie de mes outils de base de point de vue matériel, sans pour autant oublier les outils traditionnels: crayons, gomme et feuilles de papier.

Mes outils spirituels

Pour les outils de travail spirituels c’est plus subtil. J’ai décidé d’en faire le choix selon mes ressentis intérieurs et d’élaborer ma propre discipline.

Voici donc, mes outils principaux ( ou du moins ceux de départ, car je ne connais pas encore les découvertes que cette aventure, artistique et spirituelle, me réserve):

  • La médiation quotidienne et les affirmations positives : j’ai choisi une de mes méditations préférées, celle tirée du livre «  Unveiled Mysteries » de Godfrey Ray King (page 11 ) et plusieurs affirmations tirées de livres du même auteur.
  • Les « pages du matin » : pratique inspirée par Julia Cameron dans son livre « Libérez votre créativité ». C’est une sorte de journal intime où je peux communiquer par écrit avec mon Être Profond, lui poser toutes mes questions, noter mes réflexions ou tout simplement m’exprimer de façon créative.
  • La liste de gratitude : en y inscrivant au moins 7 choses par jour pour lesquelles je ressens de la gratitude
  • Les bols d’inspiration : livres, d’articles, podcasts, vidéos qui m’inspirent spirituellement et artistiquement

Mes partages

Enfin, je me propose de partager avec vous mon cheminement, mes avancées et mes difficultés, mes questionnements et mes défis, mes créations, mes explorations et mes découvertes.

Vous pouvez me suivre sur les pages de mon blog s-elever-par-l-art.com, ou sur les réseaux sociaux: page Facebook «  S’élever par l’art », Pinterest.

Ma voilà lancée dans une nouvelle aventure, tout en complétant le dernier tiers de mon défi de 365 jours de photographies zen. Hm, le programme s’annonce intense, mais passionnant ! Alors, je me donne comme objectif de publier au moins une fois par semaine un article sur mes expériences de design graphique.

N’hésitez pas à me suivre, à me faire part de vos propres expériences et réflexions, à me poser vos questions…

Bien à vous

Stella

Partager l’article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *