Jeu de dessin N°14 – Ecrire, c’est dessiner

Ce jeu permet de travailler le graphisme, tout en sollicitant votre imagination et votre créativité. Avec la pratique, vous verrez la qualité de vos productions graphique s’améliorer constamment, ainsi que la maîtrise de votre main, la précision de vos traits et de vos formes selon vos intentions.

Matériel

  • carnet de croquis ou feuilles individuelles
  • crayon de papier
  • feutre foncé à pointe fine ou stylo bille 
  • crayons de couleur
    Remarque: tous les jeux sont praticables aussi bien avec du matériel classique (cité ci-dessus) qu’avec un carnet de croquis numérique et des outils digitales. C’est la démarche qui compte.

Exploration

  • Prenez la première lettre de votre prénom
  • Dans votre carnet de croquis ou sur une feuille blanche (sans lignes, sans grille de repères) imaginez une multitude de façon différentes pour « dessiner » cette lettre.
  • Partez de votre façon la plus habituelle à l’écrire et éloignez-vous progressivement
  • Vos lettres peuvent varier de taille, de graisse, d’inclinaison, de styles
  • Elles peuvent être bien dressées ou maladroites
  • Si vous êtes bloqués, mettez à profit des méthodes que vous avez déjà exploré dans les jeux précédents. (Dessinez votre lettre à l’aveugle, ou avec votre main non dominante, à partir de figures géométriques, avec une ligne continue, sans lever votre stylo de la feuille – si elle comporte des éléments détachés, comme le A majuscule, le F …)
  • A cette étape du jeu ne consultez aucune référence, aucun exemple extérieur. Sollicitez votre imagination jusqu’à avoir rempli toute votre feuille

Pour aller plus loin

  • Faites une recherche sur Internet ou dans toute sorte de documents autour de vous (publicités, magasines, paquets d’emballages, affiches, …) de différentes façons pour écrire votre lettre.
  • Sélectionnez les aspects graphiques auxquels vous n’avez pas pensé lors de la première étape du jeu
  • Reproduisez ces lettrages sur une deuxième feuille blanche
  • Vous pouvez les reproduire à l’identique ou en vous éloignant légèrement de leur aspect original
  • Faites ce jeu dans la détente et la concentration, le soin apporté à chaque petit détail, sans précipitation, pourquoi pas en écoutant de la musique qui vous fait du bien …

Au-delà du dessin

Observez toutes les variantes graphiques d’une seule et même lettre que vous avez dessiné au cours de ce jeu.

Quelle richesse ! On dirait que chaque lettre a un caractère, tel un personnage à part entière.

Essayez de repérer, voire de nommer ce qu’exprime chaque lettre (fluidité, rigueur, droiture, mollesse, poésie, rêverie, coquetterie, charme, stabilité, élégance, raffinement, drôlerie, bizarrerie, brin de folie, originalité, timidité, fierté, simplicité, sophistication …) Trouvez une multitude de mots pour décrire vos lettres comme des personnages (même sans leur avoir dessiné des yeux ou autres éléments du visage.)  

Avez-vous repéré que notre façon habituelle d’écrire change avec nos états d’âme. Notre écriture varie parfois considérablement quand nous sommes relaxés ou en tension, joyeux ou tristes, bienveillants ou en colère, reposés ou fatigués, confiants ou stressés, exaltés ou déprimés, posés ou pressés… ?

Prise de conscience

 Prenons tout d’abord conscience à quel point nos émotions influencent énormément d’aspects de notre vie, y compris notre corps physique, son métabolisme, ses capacités d’action ou d’exécution d’une tâche précise.

Ce n’est pas par hasard que la calligraphie traditionnelle japonaise est si intimement liée à la philosophie zen, à la maîtrise des émotions et au développement intérieur de l’être humain. Mais si nos émotions sont capables d’influencer notre écriture et au sens plus large, nos activités, l’inverse est valable aussi. Une activité appliquée et minutieuse (l’écriture ou le dessin n’en sont qu’un exemple) nous permet d’acquérir une certaine sérénité, une capacité d’introspection et de maîtrise de nos propres énergies.

En dehors de la « patience » la calligraphie permet d’apprendre à « adapter la vitesse de nos traits ». Si vous observez des calligraphies chinoises, japonaises, arabes ou latines, vous découvrirez qu’il y a des ralentissements ou des accélérations des traits, des pauses… L’écriture respire. On y trouve un équilibre entre lenteur et vitesse.

Les nouvelles technologies créent un besoin de vitesse dans l’être humain. On a du mal à imaginer une écriture avec autant de vie, autant de respiration et de variations en langage sms du 21e siècle.

En pratique

La calligraphie ou l’art de dessiner de belles lettres nous amène dans l’instant présent au point où nous pouvons visuellement ressentir notre humeur, notre état d’esprit pendant nos exercices créatifs. Et, en l’observant nous pouvons choisir de les transcrire consciemment sur le papier ou de les transformer, de les modifier.

Alors, prenons le temps de dessiner nos lettres, mais aussi d’observer nos états d’âme, nos propres énergies. Puis, appliquons ce même jeu d’observation patiente dans d’autres activités du quotidien. En ralentissant un peu, peut-être… Ou en accélérant, quand cela est nécessaire… Dans tous les cas, en respirant …

Stella

Partager l’article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 réponses sur “Jeu de dessin N°14 – Ecrire, c’est dessiner”

  1. En accueillant des enfants de plus en plus jeunes, l’ cole maternelle a fait du langage oral l’axe majeur de ses activit s. En effet, au moment de leur premi re rentr e, les tout-petits ne savent souvent produire que de tr s courtes suites de mots et ne disposent encore que d’un lexique tr s limit . Lorsqu’ils quittent l’ cole maternelle, ils peuvent construire des nonc s complexes et les articuler entre eux pour raconter une histoire, d crire un objet, expliquer un ph nom ne. Ils sont pr ts apprendre lire. Ce parcours doit certes beaucoup au d veloppement psychologique extr mement rapide qui caract rise ces ann es, mais il doit plus encore l’aide incessante des adultes ou des enfants plus g s qui entourent “l’apprenti parleur”. C’est dire l’attention de tous les instants que les enseignants doivent porter aux activit s qui mettent en jeu le langage.

    1. Merci Alena pour ce commentaire. Oui, en effet, pour les plus jeunes enfants, c’est à l’adulte de verbaliser, de nommer les choses, les ressentis qui émanent d’une image, pour que les enfants puissent construire un vocabulaire riche. Pour ma part, je travaille avec de plus grands enfants et des adolescents. Mais, je me rends compte que même à cet âge là, pour certains il est encore difficile de verbaliser des ressentis avec un vocabulaire riche.
      Les jeux de dessins que j’ai décidé de partager à travers mon blog sont bien sûr à adapter selon le public que nous avons en face, ou tout simplement selon nos besoins du moment. N’hésitez pas à vous les approprier ou à créer des versions.
      Très belle journée
      Stella

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *