Et si le bonheur était un apprentissage

J 187 du défi 365 jours de photographie zen

ciel à la tombée de la nuit, éclairé par un lampadaire
« Et si le bonheur était un apprentissage ? » Thomas d’Ansembourg

Juste avant la tombée de la nuit, mille et une couleurs remplissent l’atmosphère, les lampadaires s’allument et quelques idées ou pensées sensibles cherchent à se frayer le chemin pour élever nos consciences.

Et si le seul endroit où nos rêves sont impossibles était dans notre tête ?
Et si le sens le plus important était le sens de l’émerveillement ?
Et si le bonheur était un apprentissage ?

Aujourd’hui, arrêtons-nous quelques instants, en fin de journée, juste avant la tombée de la nuit. Faisons un bilan rapide de ce que nous avons vécu. Observons nos pensées, creusons-y si nécessaire, cueillons celles qui cherchent à nous parler droit au cœur, non pas les plus gentilles, mais les plus vraies. Écrivons-les quelque part, car elles sont volatiles.

Avec un peu de pratique, de patience et de persévérance, ce petit exercice nous aidera à apprendre qui nous sommes, quels sont nos priorités, comment être avec les autres tout en restant soi-même…

A ce propos, je vous invite à regarder la conférence de Thomas d’Ansembourg, auteur du livre :

Cessez d’être gentil, soyez vrai !

(Pour la version illustrée cliquez ici)

C’est, sans aucun doute, un livre à mettre entre toutes les mains, car il permettrait d’ éviter tant de malentendus relationnels (en famille, au travail, entre amis…) et sauver un bon nombre de relations.

Information intéressante: ce livre existe en format audio en libre accès sur YouTube. Voici le lien:

Belle journée de bonheur authentique et partagé !

Stella

Partager l’article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *