Voir avec des mots – J 252 du défi 365 jours de photographie zen

Citation - écrire
Fleur colorée
Écrire, c’est voir le monde avec des mots, comme le peintre le voit avec des couleurs.
Orhan Pamuk 

Les mots sont comme les couleurs de la palette d’un peintre. Chaque langue possède sa propre richesse d’expression. Entre métaphores et jeux de mots, poésie et pathos, mots courants et mots recherchés, nous avons une telle richesse d’outils pour exprimer notre pensée et nos ressentis, nos idées, nos rêves, nos créations… Mais, malheureusement, nous ne nous en servons pas pleinement. La plupart du temps nous utilisons un langage ordinaire, peu recherché et parfois même peu précis, reflet d’une certaine torpeur de conscience.

Aujourd’hui, je vous propose un jeu d’écriture tiré du livre Carnet de l’apprenti écrivain de Susie Morgenstern et Teresa Bronn.

À chaque heure de la journée, essayez de trouver un mot qui décrit au mieux ce que vous ressentez. Vous pouvez répéter cet exercice le jour suivant ou dans une semaine afin de comparer les journées entre elles et de mieux conscientiser votre vécu. Utilisez un vocabulaire le plus riche et le plus précis possible, telle la palette aux nuances subtiles d’un peintre. À vous de jouer.

  • 8h
  • 9h
  • 10h
  • 23h
  • 24h

Belle journée avec la richesse des mots et des expressions de votre langue.

Stella

Le livre de la Nature – J 251 / 365 j de photos zen

Citation

La nature est, pour moi, un livre ouvert que nous n’avons pas encore appris à lire, ou du moins très partiellement. Elle a les réponses à toutes nos questions, à toutes nos recherches, mais au lieu de se laisser enseigner, l’être humain a l’arrogance de se croire supérieur. On prétend pouvoir mieux faire que la nature elle-même.

À quoi bon prêter attention aux remèdes que la nature nous offre en abondance, puisque nous avons nos remèdes industriels. À quoi bon s’intéresser à connaître ses lois et en tenir compte, puisque nous prétendons pouvoir la maîtriser avec nos lois à nous. Il suffit qu’un gouverneur décide d’une déforestation et une forêt entière n’y est plus… À quoi bon éduquer les gens comment renforcer leur système immunitaire, puisque nous avons une panoplie de vaccins industriels qui tuent notre immunité pour faire le boulot à sa place ?

Avec notre petite intelligence nous avons créer tant de nouvelles maladies et bousillé tant de paysages. Quand allons-nous prêter enfin attention au livre de la nature et apprendre à le lire. Car il est là, il est grand ouvert pour nous et devant nous. Et comme Aïvanhov le dit, «  non seulement nous pouvons y lire les merveilles de la sagesse éternelle que le Créateur a inscrites sur chaque pierre, sur chaque fleur, sur chaque étoile, sur chaque être humain, mais encore il nous donne les moyens de résoudre les problèmes qui se présentent quotidiennement à nous. »

Exercice du jour

Aujourd’hui, posons un premier pas pour apprendre à lire le livre de la nature. Exerçons notre sens d’observation. Non seulement notre observation extérieure ( formes, couleurs, textures, odeurs, temperature, goût, mouvements…), mais aussi et surtout notre observation intérieure ( nos ressentis, nos émotions, nos pensées, nos images mentales, nos associations d’idées, nos intuitions…) au contact de chaque chose. Connectons-nous à notre nature profonde.

Voici un livre que j’aime beaucoup et qui m’inspire dans ma recherche d’apprentissage du langage de la nature. Il s’agit du Dictionnaire du livre de la nature de Omraam Mikhaël Aïvanhov.

Et enfin, une petite vidéo fort sympathique si vous voulez apprendre le langage des oiseaux ( ou presque), en apprenant déjà à les reconnaître.

Je souhaites à toutes et à tous un apprentissage passionnant et merveilleux du livre de la Nature. Puisse la Nature être votre alliée et votre grande protectrice tout au long de votre existence.

Stella

Modernité ou tradition – J 250 / 365j de photos zen

Citation - l’homme traditionnel et l’homme moderne
L’homme moderne cherche à briller. L’homme traditionnel cherche à s’épanouir.
Philippe Chavanis

Nos sociétés modernes sont souvent tiraillées entre deux tendances – la modernité et la tradition. On dirait des adolescents qui à tout prix veulent rompre avec les repères hérités de leurs parents pour se sentir existants à part entière, peu importe si cela les fera courir de grands dangers.

Obnubilés par le vertige de la modernité, les nouveautés technologiques, la course pour briller et être de plus en plus original et soi-disant innovant, nous oublions nos traditions. Nous les enseignons de moins en moins à nos enfants. Nous oublions quelques fois nos racines, les richesses dont nous disposons déjà et dont nous n’avons même pas découvert tout leur potentiel. Un peu comme des gamins qui ouvrent rapidement un cadeau, s’en réjouissent pendant 10 minutes, puis le jettent et pleurent pour un nouveau.

L’exercice du jour

Aujourd’hui, cherchons une tradition ( cela peut être un rite, une coutume, une pratique ou tout simplement un objet traditionnel qui nous attire) et consacrons au moins quelques minutes de notre journée pour y prêter attention. Voici quelques idées:

  • Préparez un plat traditionnel,
  • Dansez ou regardez des danses traditionnelles,
  • Documentez-vous sur une coutume de vos ancêtres et ses significations profondes,
  • Dénichez une vieille recette de beauté de votre grand-mère et expérimentez-la à la place de votre crème de beauté industrielle ( ou de votre shampoing pour faire briller vos cheveux…), par exemple.

De mon côté, j’ai envie de partager avec vous la beauté et la magie des voix féminines, accompagnées des sons d’un instrument traditionnel ukrainien, appelé bandoura. Voici une vidéo du groupe Tsarivny. Une expérience sonore si différent des sons électroniques et de la musique digitale qui tendent à envahir notre univers ultra moderne.

Un autre partage traditionnel : une danse irlandaise, jouée et dansée par des jeunes. N’hésitez pas à cliquer un pouce vers le haut pour les encourager, si leur performance vous a plu.

Belle journée, avec tous mes vœux pour un épanouissement authentique.

Stella

L’énergie est contagieuse – J 249 / 365 j de photos zen

Citation - l’énergie est contagieuse
L’énergie est contagieuse. Si tu veux voler avec les aigles, tu devras arrêter de nager avec les canards. T.Harv Eker

Il n’y a pas que les virus qui sont contagieux ! L’énergie aussi !

Avez-vous déjà été en présence d’êtres ( hommes, femmes ou enfants) tellement enthousiastes que vous avez l’impression qu’ils allument une flamme en vous. Soudainement, vous avez l’impression que votre énergie augmente. Vous croyez aux miracle de la vie, en vous mêmes, aux merveilles du monde. Vos rêves vous semblent accessibles…

Malheureusement, l’inverse est vrai aussi. Les angoisses, les peurs, les doutes, « la sinistrose » tendent à baisser vos énergies. Oui, c’est le principe des vases communicants. Si vous leur accordez votre attention, ils y déversent leur poison. Mais, la faute vous appartient. C’est à vous de garder les portes de votre attention fermées à ces parasites psychiques, bien plus virulents et contagieux que les virus. C’est à vous de ne pas accepter à ce qu’on injecte tout et n’importe quoi dans votre corps mental, émotionnel ou physique.

Mon conseil le plus important

Ne vous confinez jamais des rayons du soleil, car le soleil cherche à tuer tous vos parasites ! Confinez-vous à vie de la pollution psychique, car elle est pire qu’une toile d’araignée.

Aujourd’hui, même si vous ne pouvez pas sortir, prenez au moins un bol de soleil à travers votre fenêtre, votre balcon ou le toit de votre maison. Et connectez-vous à des gens rayonnants, positifs, solaires, qui vous tirent vers le haut ! Si vous n’en connaissez pas autour de vous, vous trouverez plein d’exemples sur Internet. Faites une recherche sur YouTube, par exemple. Cherchez ces gens qui vous inspirent et qui sont contagieux pour vous, dans le sens positif.

N’hésitez pas à faire un partage « contagieux d’ensoleillement » dans les commentaires de cet article.

Voici mon partage positivement contagieux pour cette journée. J’espère qu’il déversera en vous au moins autant d’énergie et de soleil qu’il l’a fait pour moi.

Et si vous avez aimé, voici une deuxième vidéo

Portez-vous bien et soyez contagieux d’ensoleillement et d’enthousiasme pour votre entourage !

Stella

Les bienfaits du silence – J 248 / 365 j. de photos zen

Citation sur la solitude
Paysage au bord du lac Huron
La solitude est propice aux révélations de l’esprit.

Êtes-vous effrayé par la solitude ? Cherchez-vous constamment la présence de quelqu’un autour de vous ? Craignez-vous de vous retrouver seul avec vous-mêmes ? Comment vous sentez-vous dans le silence complet ? Je veux dire, vraiment complet ! Sans le moindre bavardage intérieur dans votre tête ? 

Aujourd’hui, essayez de vivre dans le silence le plus complet possible, de l’extérieur comme de l’intérieur. Trouvez un endroit calme et silencieux. Laissez passer vos pensées sans les accrocher,  jusqu’à ce qu’elles s’apaisent et disparaissent de l’horizon de votre mental. 

Sentez-vous enveloppé dans un silence profond, comme dans un manteau de velours, invisible, mais tangible. Concentrez-vous sur la sensation et la conscience de ce silence. Essayez de garder cet état le plus longtemps possible. Dès que vos premières pensées se remettent à gambader l’expérience est finie. Essayez d’atteindre 1 min de silence profond par jour. Ce n’est pas si facile, car c’est bien plus qu’une minute sans paroles.

Transformez cette pratique (d’une minute de silence) en habitude quotidienne. Faites le bilan de votre vie au bout d’un mois.

En complément, voici ma recommendation de lecture pour la journée :

le livre de Thich Nhat Hanh «  Les bienfaits du silence – se ressourcer dans un monde assourdissant ».

Et une émission radio intéressante «  Le silence a-t-il des vertus? » sur RTL.

Belle journée en vous souhaitant de savourer tous les bienfaits du silence et de ne plus jamais souffrir de solitude!

Stella

Mystères et magie de la vie – J 247 / 365 j de photos zen

Citation - la vie est mystérieuse
Le Lac de Huron en février
La vie est beaucoup plus mystérieuse que nous ne le croyions.

Oui, la vie est beaucoup plus mystérieuse que nous ne le croyons. Nous avons l’impression de connaître beaucoup de choses sur la vie et nous vivons dans nos certitudes, mais en réalité, nous en connaissons si peu, presque rien. Sommes-nous capable de rompre avec notre scepticisme, notre négativisme, nos pensées et conceptions limitantes ? Pour, enfin, trouver et vivre notre mission divine et contribuer à l’élévation spirituelle du monde dans lequel nous vivons.

Aujourd’hui, écrivez quelque part toutes vos préoccupations actuelles, tout ce qui vous pose souci actuellement (argent, santé, relations, vie professionnelle, couple, confiance en soi, bien-être, réalisation d’un rêve…). Que souhaiteriez-vous dans chaque domaine qui est, actuellement, une source de préoccupation pour vous.

Écrivez aussi vous souhaits. Décrivez les situations parfaites, à l’opposé de vos préoccupations. Envoyez par votre pensée amour et lumière vers ces situations qui demandent transformation et guérison. Visualisez un chemin lumineux depuis chaque préoccupation actuelle vers chaque situation rêvée. Répétez l’exercice chaque fois que la préoccupation se présente dans votre vie de tous les jours.

Pour aller plus loin, voici une référence de lecture qui a changé des milliers de vies dans le monde, mais aussi la mienne. Cette lecture a provoqué ma première percée de conscience. Elle a été mon premier véritable éveil à la magie de la vie et à ses mystères. En réalité, il s’agit de deux livres du même auteur :

Voici également un lien vers le livre audio que j’ai trouvé en libre accès sur YouTube :

En vous souhaitant une très belle journée, libre de toute préoccupation et pleine de magie !

Stella

Trop penser – J 246 du défi 365 jours de photos zen

Citation: s’enfermer dans ses pensées
Branches gelées  au bord du lac Huron
Tant que l’homme reste enfermé dans ses pensées, sa conscience ne peut accéder aux vérités universelles.

Penser est une des plus précieuses facultés de l’être humain. Pourtant, trop penser ou mal penser peut conduire à un enfermement dans un cercle vicieux qui gèle nos vies et notre évolution. Les pensées envahissantes qui nous polluent sont un véritable fléau pour notre bien-être.

Cherchons des astuces pour maîtriser et bien diriger nos pensées.
Respirons profondément, observons-les et acceptons de ne pas nous en accrocher. Acceptons qu’elles puissent aussi être erronées, qu’elles sont peut-être illusoires et, dans tous les cas, perfectibles. Arrêtons de penser de façon mécanique. Prenons conscience où elles nous mènent et décidons d’y aller ou pas.
N’oublions pas que: « Où je pense, je suis ».

Voici un livre que j’ai découvert récemment au cours de mon dernier voyage en avion. Il était dans la sélection « Livres Audio » de la compagnie aérienne et j’ai décidé de profiter de mon temps de vol pour le découvrir. Il s’agit du livre de Lionel Cruzille, « Se libérer des pensées – pour en finir avec l’agitation mentale ».

En complément, je vous recommande aussi la vidéo ci-dessous de la série « wake-up calls » de David Laroche.

Belle journées libre de toute pensée parasite !

Stella

Partage de créations

composition graphique

A travers cet article, je voudrais partager avec vous mes créations graphiques de cette première semaine. La grande majorité de ces exercices pratiques et projets créatifs étaient en rapport avec mes explorations du logiciel Photoshop.

Après mes gribouillages, j’ai voulu définir quelques projets simples. Pour cela, j’ai procédé de deux façons:

  • soit j’ai transformé certains de mes cours théoriques en projets (selon ce que j’avais envie de créer): c’est le cas du projet « Visages de fleurs ».
  • soit je me suis réapproprié un projet proposé par mes formateurs, en utilisant exclusivement mon propre matériel visuel (photographies, dessins…), même si tous les supports et documents de travail nous avaient été fournis. Mon but serait de réaliser, dès le début de ma formation, des créations qui me sont propres et personnelles, tout en appliquant les techniques enseignées.

Projet : Visages de fleurs

Tout d’abord, la création d’une série de visuelles assez simples et épurées de fleurs de printemps sur un fond en aplat de couleurs. A travers ce projet j’ai appris à détourer et à transformer les objets dans Photoshop, à me familiariser avec les outils de base du logiciel, à utiliser les calques et les masques. De point de vue artistique, j’ai dû réfléchir sur les associations de couleurs et me documenter sur la théorie des couleurs et son usage (on pourrait écrire tout un chapitre sur cette question).

Si vous me demandez lequel de ces trois est mon visuel préféré ? Je vous dirais : le premier. J’aime beaucoup le contraste des deux couleurs complémentaire jaune et violet, ainsi que la présence lumineuse, très claire et rayonnante d’énergie de la jonquille.

Projet: Villes vintage

Pour mon deuxième projet, j’ai réalisé quelques visuels vintage en partant de quelques unes de mes photos touristiques de Notre-Dame de Paris et de Venise.

A travers ce projet j’ai appris à manipuler la teinte et la saturation de mes images pour obtenir différents effets. Je me suis familiarisé aussi avec les différents modes colorimétriques CMJN (pour l’impression), RVB (pour le web). J’ai exploré le travail en monochromie, en bichromie ou trichromie… Les visuels ci-dessous ont été réalisés en bichromie afin d’obtenir un effet vintage.

En vous souhaitant une très belle journée créative ou de repos.

Stella

Le design graphique – un art omniprésent

Amas d’objet portant un design graphique

Quelle semaine! Il n’était pas si facile à me concentrer sur mes apprentissages et expérimentations graphiques, entre l’attitude et les messages angoissants des médias et les questionnements fort pertinents de beaucoup de gens.

Comme à la recherche d’une bouée de secours, je me suis raccrochée à mes pratiques de méditation et d’affirmations positives. Au bout de 30 minutes de méditation et quelques affirmations, j’avais le ressenti d’un apaisement profond. Avec cet apaisement est venue aussi la sensation subtile de revivre de l’intérieur. Mon mental était beaucoup plus calme et, de nouveau, réceptif au travail intellectuel et créatif. Bon, je ne vous cache pas que j’ai dû renouveler l’exercice plusieurs fois par jour.

Ma méditation magique

Je connais plusieurs méditations dont j’ai eu l’occasion de ressentir les bienfaits, mais il y en a une que j’appelle «  ma méditation magique ». Pourquoi magique ? Parce que ses effets sont les plus tangibles pour moi, à court et à long terme. C’est une méditation que je pratique déjà depuis une dizaine d’année. Bref, c’est ma valeur assurée. Elle est tirée du livre «  Unveiled mysteries » de Godfré Ray King, chapitre 1, lorsque le personnage principal – Godfré – la reçoit du Maître Saint Germain. Son texte original est en anglais. Afin de vous la transmettre intacte de toute interprétation et du filtre de ma « traduction personnelle», je préfère la partager avec vous dans sa langue d’origine.

Méditation donnée par Saint Germain à Godfré Ray King

« The first step to the control of yourself is the stilling of the all outer activity of both mind and body. Fifteen to thirty minutes at night before retiring and in the morning before beginning the day’s work, using the following exercise will do wonders for anyone who will make the necessary effort.
For the second step: make certain of being undisturbed, and after becoming very still, picture and feel your body enveloped in a Dazzling White Light. The first five minutes while holding this picture, recognize and feel intensely the connection between the outer self and your Mighty God Within, focusing your attention upon the heart center and visualizing it as a Golden Sun.
The next step is the acknowledgment : «  I now joyously accept the fullness of the Mighty God Presence – the Pure Christ ». Feel the great brilliancy of the Light and intensify It in every cell of your body for at least ten minutes longer.
Then close the meditation by the command: “I AM a Child of the Light – I Love the Light – I serve the Light – I live in the Light – I AM protected, illumined, supplied, sustained by the Light, and I bless the Light.” »

Regarder en conscience autour de soi

Pour rester concentrée et fidèle aux objectifs de travail que je m’étais fixés, j’ai dû renouveler l’exercice de méditation et d’affirmations positives plusieurs fois dans la journée. Tant le moindre email ou information des actualités me mettaient hors de mes pompes, et hors de mes priorités.

Une fois mon esprit de travail retrouvé, je me suis efforcée de regarder en conscience autour de moi. Puis, de repérer la présence de l’art graphique dans mon environnement. Et là, j’ai soudainement réalisé que l’art graphique est, sans doute, un des arts les plus présents de notre quotidien.

Que nous en sommes conscients ou pas, il est partout autour de nous. Journaux, magazines, panneaux publicitaires, affiches culturelles ou de propagande, flyers événementielles, packaging et design de produits de marques, cartes de vœux et de visites, interfaces de sites internet ou d’applications mobiles, toute forme de support de communication avec les masses…, le design graphique est un art que nous consommons au quotidien, avant même d’avoir consommé le contenu dont il se fait la forme.

Un peu d’histoire

Si vous croyez qu’il s’agit d’un phénomène de nos sociétés modernes, détrompez-vous : le graphisme ou « le design graphique » existe depuis la préhistoire. Les évolutions technologiques récentes ne font que multiplier les supports de cet art ancestral, contribuant ainsi à son expansion et à l’ouverture de nouveaux champs d’applications et de recherches (tels que la réalité virtuelle et la réalité augmentée, par exemple).

La Préhistoire

Photographie : Stella Nedelcheva Anderle

Les tout premiers graphistes sont ces hommes de la Préhistoire qui ont dessiné des bisons, des mammouths et autres animaux dans les grottes de Lascaux, de Pech-Mech, de Niaux ou de Chauvet… On a trouvé de telles représentations pariétales un peu partout sur la planète ( aussi bien en France qu’en Australie, Indonésie, Espagne, Argentine…). Quel était leur but ? Probablement, communiquer entre eux ou avec des forces magiques.

L’Antiquité

Photographie de Antonios Ntoumas
Source: Pixabay

Plus tard, pendant l’Antiquité grecque, les artistes se sont saisis d’autres supports pour leurs illustrations graphiques, tels que les vases et les récipients antiques (les cratères, les stamnos…) pour raconter les épopées de leurs héros. On ne peut pas non plus ignorer la langue écrite sumérienne, qui semble être la plus ancienne langue écrite connue.

Le Moyen Âge

Photographie: Stella Nedelcheva Anderle

Pendant le Moyen Âge, ce sont les enluminures qui font découvrir les histoires de la Bible de manière graphique. Les artistes – enlumineurs – « mettent en lumière » les manuscrits en ornant les lettres initiales ou les marges, et en réalisant de petits tableaux graphiques (des miniature). L’héraldique européenne était également un champ d’expression artistique très répandu. On peut la voir comme le design des premiers logos. Mentionnons aussi l’art de la calligraphie, puis l’imprimerie chinoise qui invente la xylographie, utilisant des caractères mobiles en bois vers le VI siècle. Était-ce le début de la typographie ?

La Renaissance

Avec l’invention de l’imprimerie en 1439 par Johannes Gutenberg de nouveaux horizons s’ouvrent pour le design graphique. Il devient facile et relativement peu coûteux de reproduire et d’imprimer des textes et des images à grande échelle. On se rend rapidement compte du potentiel d’instruction, mais aussi d’influence de l’opinion public à travers ce nouveau support visuel.

L’ère industrielle

Source: WikiImages de Pixabay

Les avancées technologiques du 19e siècle permettent le développement de la chromolithographie et ouvrent la possibilité des impressions en couleur. Cela ouvre de nouvelles possibilités d’expression de concepts plus complexes et de connexion émotionnelle avec le public.

Le 20e siècle

Photographie : Brigit Böllinger , Source Pixabay

Au début du 20e siècle (1903) voit jour la première agence publicitaire – Wiener Werkstätte (“L’Atelier Autrichien”) offrant la possibilité pour de nombreux artistes de créer la communication visuelle pour une multitude d’entreprises. Wiener Werkstätte sera le précurseur du célèbre mouvement Bauhaus et du style Art déco qui n’ont fortement marqués les influences mondiales en termes de design.

Toujours au début du 20e siècle, deux grands graphistes affichistes, Cassandre et Savignac vont laisser une empreinte mémorable dans l’histoire du graphisme. Ils marqueront l’époque avec leurs affiches publicitaires ou de films, leurs typographies, leurs recherches de communication à travers le support visuel, à travers la mise en image d’idées complexes.

Le 21e siècle

Image de Prawny, Source Pixabay

Aujourd’hui, nous sommes à l’ère du numérique – une avancée aussi révolutionnaire que l’invention de l’imprimerie à la Renaissance. Elle amène de nouvelles possibilités de communication de masse, de techniques et de styles artistiques, de recherches et de champs d’expression et d’expérimentation. Saurons-nous en tirer sainement profit, de façon à la fois créative, mais aussi responsable et éthique ?

En effet, cette histoire sans fin continue et elle est maintenant entre nos mains.

Exercice « Œil de chat »

Avant d’aller plus loin, je voudrais partager avec vous mon exercice de “regard conscient”.

Portez un regard conscient sur votre environnement. Repérez tous les supports de l’art graphique qui vous entourent (un paquet de gâteaux, une boite de parfum, ou le flacon, joliment décoré de votre crème pour les mains, une revue, un livre, un flyer, une affiche, la couverture de votre agenda, vos cartes de fidélités ou l’interface de votre site web préféré…).

Prenez conscience de ce qui est représenté sur ces supports. Que ressentez-vous au contact conscient avec chacune de ces créations graphiques ? Vous sentez-vous attiré ou repoussé ? Apaisé, stimulé ou perturbé ? Quels sont les messages de votre environnement visuel “inconscient”? Prenez-en conscience. Au besoin, faites le tri.

L’art graphique et son impact sur l’être humain

Amas d’objet portant un design graphique

Les images, les formes et les couleurs qui nous entourent au quotidien, ont-elles une influence sur notre façon de penser, de nous sentir, de prendre des décisions ou d’agir?

Comme tous les arts, le design graphique cherche constamment à interpeller nos sens, mais aussi à communiquer des informations, des messages, des émotions. Il peut aussi répondre à certains de nos besoins intellectuels, émotionnels et d’expériences.

Posons-nous quelques questions:

Quel est notre rapport personnel à cette forme d’art appliqué à la communication ? En sommes-nous constamment agacés, car perturbés par son côté accrocheur ? Le considérons-nous comme un décor, un bruit de fond inintéressant auquel nous ne prêtons jamais attention ? Faisons-nous parfois des choix conscients favorisant les designs graphiques qui nous plaisent et qui nous apportent une certaine valeur esthétique et de confort en termes d’usage de leurs produits associés ? Quels sont les produits ou les services pour lesquels nous accordons une grande importance au design graphique qui les accompagne ?

Partage d’une expérience personnelle:

Pour ma part j’ai longtemps entretenu un rapport complètement inconscient avec le design graphique, ignorant son langage, lui accordant une très faible importance et le réduisant à sa fonction publicitaire. Puis, il y a eu un déclic dans ma vie, en regardant une très belle publicité d’un producteur d’huile d’olive dans le sud de la France. Cette publicité véhiculait si parfaitement l’amour et le soin pris de ce producteur dans la fabrication de son huile, que cela ne m’aurait pas dérangé de la revoir encore et encore. C’était un petit bijou artistique qui élevait ma conscience, jusque dans mon usage quotidien de l’huile de l’olive versée en assaisonnement pour ma salade ou sur mes pâtes. J’avais l’impression d’y verser un élixir d’amour, préparé avec beaucoup de soins.

Cette expérience m’a beaucoup aidé de prendre conscience sur mes propres attentes, exigences et goûts concernant l’art graphique et son usage en termes de communication.

Quelles sont les informations véhiculées par un design graphique ?

Un objet graphique publique (une affiche, une revue, un site web, un logo…) a-t-il quelque chose à nous dire ?

Si les images graphiques ont une certaine influence subtile sur nous, sur nos perceptions, nos pensées et nos émotions, vous auriez certainement envie de conscientiser plus ce rapport à l’image.

Quelles sont les informations qu’un design graphique véhicule.

  1. Tout d’abord, un bon design graphique véhicule un certain nombre d’informations sur la marque et l’entité derrière cette marque (personne physique, association, entreprise…). Normalement, il cherche à refléter ses valeurs et son identité.
  2. Tout design graphique cherche à passer un message concret, à communiquer une idée, à informer ou à valoriser un produit.
  3. Très souvent, une création graphique cherche à générer une émotion
  4. Dans certains cas, les designs graphiques cherchent également à créer une expérience chez l’utilisateur (c’est le cas des designs d’applications, de réalité virtuelle ou de réalité augmentée)

Le design graphique est un art transversal. Il est constamment en lien avec d’autres champs de la vie. La pochette d’un album CD est en lien avec la musique, la couverture d’un livre avec la littérature, l’affiche pour un théâtre avec l’art de la scène, le paquet de gâteaux avec l’art culinaire… Un design graphique peut parfois véhiculer des messages subtils, mais il a toujours un rapport avec le contenu dont il sert de médiateur.

Voici les questions et les réflexions qui ont animées ma semaine, en parallèle de mes explorations techniques des logiciels Photoshop et Illustrator, et de mes premières créations. Je partagerais ces dernières avec vous dans un second article qui paraîtra plus tard dans la journée.

Portez-vous bien! Prenez soins de vous! Et soyez créatifs et conscients à la fois!

Stella

Au-delà des doutes – J 245 du défi 365 j. de photos zen

Pommes de pin à l’extrémité d’une branche
Nos doutes sont des traîtres et ils nous privent de ce que nous pourrions souvent gagner de bon, parce que nous avons peur d’essayer.
William Shakespeare

Nos doutes sont comme des aiguilles qui menacent nos rêves et nos plus belles prises d’initiatives. Et pourtant, si nous savons aller chercher le trésor qui se cache entre « ces aiguilles », nous sommes comblés de joie et de gratitude.

Aujourd’hui, faisons le point avec nous-mêmes et écrivons noir sur blanc nos doutes. En face de chaque doute écrivons une action que nous pouvons poser, un pas en avant pour discréditer le doute en question. Soyons courageux ! Astucieux ! Audacieux même! Allons chercher le trésor caché entre les aiguilles de nos doutes.

Voici une référence qui peut nous aider dans ce défi qui nous fera grandir :

« L’art de l’audace: Booster votre transformation » de Jean-Michel Platier et Thierry Vautrin

Belle journée de victoires sur ces doutes qui nous bloquent.

Stella